Fast-food

Le fast-food est une des rares branches de l’alimentaire à tirer son épingle du jeu en ces temps de crise. McDonald’s, groupe emblématique de la restauration rapide, a fait un chiffre d’affaires qui avoisinait les 16 milliards d’euros en 2009 ! Valérie Cohen affirme, dans une étude réalisée par le cabinet de conseil Xerfi, que « dans un contexte de récession économique, et son corollaire de mauvaises nouvelles, les ménages choisissent massivement les établissements où l’addition est la plus basse ». En proposant des menus, pour la grande majorité, à moins de 10€, le fast-food peut facilement remplacer un restaurant traditionnel pour une famille modeste.

La restauration rapide satisfait un autre besoin essentiel de notre société moderne et super active : manger vite. Les plats servis très rapidement, la possibilité d’emporter sa nourriture, et ce même sans quitter son véhicule, correspond aux attentes d’une clientèle suractive et pressée. Pour l’anecdote, dans certains fast-foods à Tokyo, on ne paye pas la quantité de ce que l’on mange mais le temps que l’on passe à table !

Fast-foods et malbouffe sont pour beaucoup synonymes, alors que mange t’on réellement ?

Composition :

Que cache cette belle présentation ?

Rentrons dans le vif du sujet. C’est sans réelle surprise que la nourriture de fast-food est trop grasse, trop sucrée, trop salée, pauvre en vitamines et en fibres. Ajoutons également qu’elle est très « chimique ». Beaucoup d’additifs sont présents dans les aliments. Une salade, pour rester fraiche et appétissante, est traitée avec une douzaine de produits chimiques (d’après taoastro.ifrance.com). On trouve également parfois de l’acrylamide (substance cancéreuse) dans les frites et les chips.

Viande

D’après danger-sante.org, « il a été reconnu que la viande est responsable de 70% de toutes les intoxications alimentaires rattachées aux fast-foods ». Nous nous doutons bien que la viande, quelle qu’elle soit, ne provient pas d’animaux gambadant dans de belles prairies vertes mais bel et bien de batteries. Même si ce n’est qu’une fiction, le film Fast Food Nation colle bien au sujet et montre toute l’horreur des fast-foods.

OGM

Dans beaucoup de pays les OGM sont autorisés et sont donc présents dans les menus (soja, tomates, maïs …) avec les éventuelles conséquences que cela peut avoir. Il en va de même avec le bétail et la volaille qui en sont nourris.

Light

Les boissons light à l’aspartame dans de grandes proportions présentent également de grand dangers pour la santé (voir l’article Produits Light et Aspartame = Danger ! pour plus de détails).

2 saveurs principales

Cette nourriture, en plus de ne pas être très saine et d’une très grande qualité, ne contient que deux saveurs principales sur six : le sucré (viande, pain, soda) et le salé (frites, hamburger…). Pour information les 6 saveurs sont : le sucré, l’aigre, l’amer, le salé, le piquant et l’astringent. Or cette nourriture, qui est déséquilibrée et qui ne contient que la moitié des saveurs, est difficilement digérable. Ce déséquilibre pourrait être, selon certains nutritionnistes, à l’origine d’une insatisfaction corporelle et pourrait engendrer le retour d’une impression de faim plus rapidement. Après avoir englouti une grande quantité de nourriture dans un fast-food n’avez-vous pas remarqué que vous aviez souvent de nouveau faim une heure après ?

Les risques pour la santé :

A court terme cette nourriture a pour effets : lourdeur d’esprit, léthargie et avidité. A long terme elle a pour effets : obésité, hypertension artérielle, maladies cardiaques, diabète, dépression, troubles de la vésicule biliaire, cancers voire d’entrainer la maladie d’Alzheimer !

Cancers

A cause d’une alimentation trop grasse et pauvre en éléments nutritionnels (vitamines, fibres etc.) les cancers possibles sont le cancer de la prostate, des poumons, du pancréas, des seins et ovaires selon webchercheurs.com.

Maladie d’Alzheimer

Des chercheurs de l’université Karolinska à Stockholm ont découvert, en se basant sur des expériences avec les souris, que l’alimentation grasse et riche en cholestérol favorise le développement de la maladie d’Alzheimer. Susanne Akterin affirme ainsi « We now suspect that a high intake of fat and cholesterol in combination with genetic factors […] can adversely affect several brain substances, which can be a contributory factor in the development of Alzheimer’s ». Autrement dit les fast-foods, qui proposent ce type de nourriture, favoriseraient le développement de la maladie d’Alzheimer pour les personnes déjà génétiquement prédisposées.

La nourriture de fast-food est beaucoup trop calorique


Le nutritionniste Pierre Dukan affirme que «les sandwichs que proposent ces types de restaurants sont beaucoup trop riches en sucres et en graisses» et ajoute que «le service est rapide, la consommation éclair et l’apport nutritif est beaucoup trop important». Un homme a besoin d’environ 2500 Kcal par jour et une femme d’environ 2200 Kcal. Une étude belge, «Restauration rapide, manger vite, gras et salé» dans test-achats, étudie l’apport nutritionnel d’une multitude de fast-foods en Europe (McDonald’s, Quick, Pizza Hut, KFC (Kentucky Fried Chicken), Le Pain Quotidien pour citer les plus connus) et constate que les menus sont beaucoup trop caloriques. « Les menus XL de Quick, Maxi Best Of de McDonald’s ou les Buckets de KFC peuvent culminer à plus de 1500 Kcal » selon CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie). Sont bien sûr concernés tous les menus « maxi » mais également les menus classiques (7/10). Notons tout de même qu’une étude parue dans Pediatrics affirme qu’un « affichage clair des calories contribuerait à lutter contre l’obésité chez le jeune enfant ». Les informations nutritionnelles ne sont disponibles clairement que chez McDonald’s et Quick.  En effet selon l’étude, les parents qui connaissent le nombre de calories choisissent des repas plus légers (de 102 cal en moyenne) pour leurs enfants. L’étude constate également, sans surprise, que les menus sont trop riches en lipides, en acides gras saturés (même pour les menus  sains qui sont « vraiment à déconseiller»), en acides gras trans et en sel (« la teneur en sel dépasse même souvent l’AJR »). Le message est clair.

Les fast-foods proposent tout de même des petits fruits, salades composées mais ils ne sont pas consommés par la majorité des personnes. En effet les consommateurs préfèrent, en général, le classique hamburger accompagné de frites et d’un soda.

Les (très) jeunes sont la cible de la restauration rapide

La surprise dans les menus enfants

Pour un petit enfant l’attrait du fast-food vient autant de la nourriture que du petit cadeau offert (ex. Happy Meal de McDonald’s). D’après l’association américaine CSPI (Center for Science in the Public Interest) c’est une stratégie de séduction qui est « injuste, trompeuse et illégale » et qui porte atteinte à la santé des enfants en promouvant une habitude alimentaire déséquilibrée. Les fast-foods ont bien compris que les enfants sont l’avenir de leurs succès et essayent ainsi de les fidéliser jeunes pour que tout au long de leur vie ils retournent à leur fast-food préféré. La stratégie marketing est, chez McDonald’s par exemple, très bien ficelée. Il est en effet souvent proposé aux enfants en plus de la babiole, des aires de jeu et une mascotte : Ronald, personnage souriant, mince qui amuse encore plus les enfants dans un monde coloré et joyeux.

Faire connaitre à ses amis

L’association CLCV étudie l’aspect marketing et mesure l’importance de la communication par le biais des sites internet de la restauration rapide. Les sites proposent des jeux vidéos en ligne, des fonds d’écrans à l’effigie de la marque à télécharger, d’inviter ses amis à connaitre la marque etc. Des jeux proposés permettent de gagner des sandwichs supplémentaires ou des menus « maxi » ce qui est « une incitation directe à la surconsommation de produits gras et caloriques » selon la CLVC.

Incitation à la consommation

Une offre qui doit être mieux adaptée

La CLCV appelle les fast-foods à adapter la taille des portions, de supprimer les menus « maxi » ainsi que ceux qui sont trop riches en matières grasses et en calories, de supprimer les demis litres de soda et d’adapter l’offre aux différentes tranches d’âge.

Le message est clair !

En effet, les enfants arrivés à un certain âge peuvent vite se détourner des menus trop enfantins au profit des menus pour adultes. Ceci accroit encore plus le risque d’excès de matières grasses, de sel et de sucre selon lepointsurlatable.fr. Ainsi selon i-dietetique.com « 60% des 10-12ans délaissent les formules conçues pour les petits au profit d’autres menus ».

Les adolescents

Le fast-food est un point de rencontre facile, où les jeunes mangent ensemble et se retrouvent. Le Wifi gratuit à leur disposition est un atout de taille pour une génération connectée en permanence. Le fait de pouvoir manger rapidement et pour pas très cher est un autre atout de taille. Le fast-food est ainsi un endroit privilégié par les adolescents et étudiants.

Menu "maxi" classique

Placement des fast-foods

Proche des écoles

Un fast-food présent dans un rayon de 150m autour d’une école augmenterait de 5.2% le taux d’obésité infantile, tel était le constat des économistes de l’université de Columbia et Berkeley aux Etats-Unis. Janet Currie qui a dirigée cette étude a proposé d’établir une zone où les fast-foods seraient interdits. Cela a tout de suite fait réagir McDonald’s qui a affirmé que « limiter ce type de commerces légaux et importants (!), installés en ville, constituerait un dangereux précédent ».

Dans les hôpitaux

Aux Etats-Unis, 30% des hôpitaux hébergent dans leur structure un fast-food ! (d’après i-regime.com). Ce n’est heureusement pas (encore) le cas en France. Nous voyons tout de suite les problèmes que cela peut engendrer. Le fast-food profite ainsi de la clientèle de l’hôpital tout en bénéficiant de son image valorisante. « Quand un McDo était présent dans l’hôpital, les visiteurs étaient deux fois plus enclins à considérer que la nourriture McDo était saine par rapport à ceux des autres hôpitaux. Preuve que le marketing marche ! » (toujours d’après i-regime.com). Le surpoids étant devenu aux Etats-Unis le principal problème infantile, il est difficile d’imaginer que dans un centre médical de la nourriture grasse et déséquilibrée soit mise à disposition aussi facilement !

Et l’environnement dans tout ça ?

La restauration rapide génère de très grandes quantités de déchets. D’après taoastro-ifrance.com, une surface de forêt équivalente à la superficie de la Grande Bretagne disparaitrait  chaque année pour les besoins des fast-foods. Une quantité considérable d’emballages papier, carton, est utilisée pour servir les repas. Ces emballages ont une durée de vie extrêmement courte, on mange les aliments qu’elles contiennent pour les jeter dans les minutes qui suivent. La CLCV incite les fast-foods McDonald’s et Quick à réduire leurs déchets en proposant des gobelets plastiques durs réutilisables qui sont consignés (comme dans les festivals et concerts où cela fonctionne très bien) mais reste sans réponse de leur part.

L’aspect environnement n’est qu’une façade. Nous nous en rendons également compte sur leurs sites internet où les actions menées pour l’environnement sont vraiment limitées (quand elles sont existantes). Ils utilisent certes des contenants qui sont recyclés ou recyclables mais presque rien n’est fait pour les recycler ou les éliminer en fin de vie. Il en va de même pour la gestion de l’énergie, de la consommation d’eau… D’après l’étude belge (citée auparavant), « tout se décide en réaction à des pressions extérieures » et il y a un « manque de transparence vis-à-vis du consommateur ». Les plats à emporter constitués de multiples emballages polluent d’autant plus qu’ils sont bien souvent jetés en pleine nature où au bord des routes…

Le mot de la fin …

A moins que les pouvoirs publics, associations et consommateurs ne réagissent et fassent pression pour instaurer différentes mesures aux fast-foods ces derniers auront encore de beaux jours devant eux.

Nous l’aurons bien compris, les fast-foods sont synonymes avec :

  1. Une nourriture de mauvaise qualité, déséquilibrée, et dangereuse pour la santé.
  2. Une stratégie marketing qui n’a apparemment pas de limites.
  3. Un désastre écologique

Voici à présent deux extraits de l’émission Zone Interdite sur M6 (qui n’est jamais passé à la télévision à cause d’une trop forte pression, vous comprendrez vite pourquoi !)

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube



Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 réactions sur “Fast-food”

  1. Denise P. dit :

    Ca me dégoute ! On mange vraiment de la saloperie ! Merci pour l’info et bonne continuation !

  2. laurier dit :

    J’aimerai savoir qui est l’auteur de cette article car il n’est pas signé.
    Merci

  3. popopo 90904 dit :

    ;owrhgw;ronw rhpoi420p8 ty20

  4. Kiyoshisan dit :

    Très bon article de fond, je pense que le principal danger des fastfood- comme tout à vrai dire-, c’est l’usage que vous en faites. Il ne faut pas sombrer dans la psychose et relativiser: ce n’est pas 1 burger par semaine qui aura raison de votre santé. A consommer avec modération donc. Au même titre que l’alcool, le tabac, le chocolat et j’en passe.
    Pour un avis moins extrêmiste et plus objectif sur les effets des fastfoods restaurants sur notre société, je vous invite à suivre mon blog entièrement dédié à la question http://fastfoodtheory.net

  5. salma essoudati dit :

    le fast-food est un calvere

  6. Philippe dit :

    Apparemment, ça ne vous dérange pas d’appuyer vos propos avec le discours d’un nutritionniste (Pierre Dukan) qui n’a rien compris aux soubassements de la satiété et qui propose des conduites alimentaires bien plus préjudiciables à l’équilibre des mangeurs (donc à leur santé) que la nourriture que vous condamnez.

Réagissez