Viande avariée et reconditionnée

Suite à plusieurs dénonciations d’anciens salariés, l’ex-directeur M. Alcaraz de l’Ecomarché de Roquemaure (dans le Gard) et son épouse ont été interpellés par les forces de l’ordre en novembre 2004.

Les services sanitaires ont trouvé de la viande périmée et du fromage qui ont été reconditionnés dans de nouveaux emballages avec une nouvelle date de consommation et des poissons invendus et remis à la vente une semaine plus tard. Ils ont également retrouvé une trentaine de kilos de viande avariée dont une partie baignait dans une « marinade » pour garantir son apparence. Certains produits découverts avaient une date limite de consommation qui dépassait 65 jours !

Emmanuel Alcaraz a comparu cet été pour « falsification de denrées alimentaires, exposition ou vente de denrées alimentaires corrompues et nuisibles à la santé, tromperie sur la marchandise entrainant un danger pour la santé ». Il a finalement, après avoir fait appel,  été condamné à une peine de 18 mois de prison ferme, 60 000€ d’amende et l’interdiction d’exercer pendant 5 ans une profession dans l’industrie ou commerce alimentaire. Son ex-femme et associée, a été condamnée à une peine de 18 mois d’emprisonnement dont 12 avec sursis et de 35 000€ d’amende. Trois anciens salariés, dont deux bouchers, ont également été condamnés à des peines de prison avec sursis.

Voici à présent deux vidéos sur la pratique de remballage de viande avariée :

90 Minutes Enquête – Viande avariée :

http://www.dailymotion.com/video/x4zkep

Envoyé Spécial – Remballez c’est pesé ! (partie 1) :

Image de prévisualisation YouTube

Envoyé Spécial – Remballez c’est pesé ! (partie 2) :

Image de prévisualisation YouTube



Mots-clés : , , , , ,

Une réaction sur “Viande avariée et reconditionnée”

  1. Fabre dit :

    malgré une procédure qui a duré six ans, il n’y a eu aucun malade ni aucun mort contrairement à la célèbre affaire de 1951 du boulanger de Pont Saint Esprit situé à quelques kilomètres au Nord du supermarché de Roquemaure.
    Un expert est venu dire à la barre de la Cour d’Appel, que le supermarché de Roquemaure ne pouvait pas techniquement vendre de la viande avariée. Curieusement son témoignage n’a pas du tout été examiné dans le jugement, ni dans un sens positif ni pour le réfuter par la Cour d’Appel de Nîmes.
    Le projet d’observations générales 35 sur la détention arbitraire à partir de la garde à vue et concernant notamment la famille des prévenus a été présenté le 25 mars 2013 devant le comité des droit de l’homme de l’ONU et doit être voté le 19 juillet 2013 à 10 heures.

Réagissez