Articles Ingrédient culinaire

Les nanomatériaux sont-ils dangereux ?

Les nanomateriaux

 Que sont les nanomatériaux ?

Selon l’Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) les nanomatériaux se définissent comme étant des matériaux dont l’échelle est nanométrique (c’est-à-dire comprise entre 1 et 100 nanomètres (nm). Un nanomètre représente un milliardième de mètre (0,000 000 001 m). Il peut également s’agir de matériaux plus grands dont la structure interne est composée d’éléments nanométriques. Nanofeuillets, nanofibres ou encore nanoparticules appartiennent tous à cette catégorie.

Pourquoi parle-t-on aujourd’hui de nanomatériaux ?

Les nanomatériaux représentent un développement technologique majeur, et leur présence est de plus en plus marquée dans des domaines variés tel que le BTP, les cosmétiques, l’alimentation ou encore la chirurgie. Ils permettent, grâce à leurs propriétés, d’améliorer le liant d’un béton, de rendre une crème solaire plus protectrice, ou un additif alimentaire plus crémeux.

Domaines d'application des nanomateriaux

Comme tout progrès scientifique, il est intéressant de se poser la question de leur dangerosité pour l’être humain. S’agissant de substances nouvelles et encore mal-connues, il existe un relatif vide juridique. La production de nanomatériaux dans le domaine alimentaire est pourtant une réalité.

Les nanomatériaux sont-ils dangereux ?

En l’état actuel des connaissances sur les nanomatériaux le risque reste difficile à déterminer. Deux points de discordance principaux subsistent :

  • Les analyses et méthodes à mettre en œuvre pour réaliser une étude sur les nanomatériaux. Selon les études réalisées, il existe de grandes variations sur les résultats obtenus. Ces variations sont utilisées par les promoteurs de nanomatériaux (industriels principalement) pour discréditer les thèses selon lesquelles ils sont dangereux.
  • La traçabilité des nanomatériaux dans les produits de grande consommation. Le flou juridique rend difficile l’identification des nanomatériaux dans les produits de grande consommation.

Nanomateriaux

Le risque principal lié aux nanomatériaux réside dans leurs tailles qui leurs permettraient, notamment par voie respiratoire, de passer via les alvéoles pulmonaires dans le sang et de se déplacer vers d’autres parties du corps.

Dans une étude datée de mai 2013, la revue Environmental Health Perspective propose une méthode d’évaluation générique pour les études conduites sur les nanomatériaux et une première étude à grande échelle.

Cette étude conduite sur des souris et des rats de laboratoire met en lumière que les nanomatériaux peuvent être responsables d’inflammation des voies respiratoires. Afin de légitimer ces résultats, l’étude a été conduite sur de très nombreux cobayes pour limiter les variations et la remise en cause des résultats obtenus.

D’autre part, en mars 2013 le National Institute for Occupational Safety and Health (Niosh), l’autorité de santé au travail aux Etats-Unis a également publié des informations indiquant clairement que les nanomatériaux peuvent constituer un vecteur de développement de cancers chez l’homme.

Au niveau français, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a effectué un premier recensement en 2008. Plus de 200 produits de grande consommation disponibles sur le marché sont alors référencés comme contenant des nanomatériaux.

Depuis le 1 janvier 2013 les produits contenant des nanomatériaux doivent faire l’objet d’une déclaration sur le site « r-nano.fr ». Un premier rapport sera rendu public que novembre 2013 pour dresser une liste exhaustive de ces produits.

Il est notable de constater que l’ensemble des acteurs cités dans cet articles appellent à la plus grande prudence quant à l’utilisation des nanomatériaux. L’exemple manifeste étant le transport pour lequel l’Anses préconise d’appliquer les même règles que pour le transport de matières dangereuses, par simple précaution.

De nombreuses études doivent encore être menées pour évaluer avec précision les impacts sur l’Homme (cuisson, processus de digestion entraînant le contact des nanomatériaux avec le milieu acide de l’estomac, etc.). A ce jour il existe, hélas, infiniment plus d’études sur l’application possible des nanomatériaux que sur leurs risques.

Sources :

http://ehp.niehs.nih.gov/

http://www.cdc.gov/niosh/

http://www.anses.fr/fr/content/%C3%A9valuation-des-risques-li%C3%A9s-aux-nanomat%C3%A9riaux

https://www.r-nano.fr/

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000168/0000.pdf

http://www.inrs.fr/accueil/risques/chimiques/focus-agents/nanomateriaux.html

1 commentaire

Réagir