Actualité Année 2010 Décembre

Plan de nutrivigilance par l’ANSES

Les français sont de grands consommateurs de compléments alimentaires : 23% des adultes et 12% des enfants en consomment toute l’année, ou presque, selon l’ANSES (Agence nationale de sécurité de l’alimentation, d’environnement et du travail). Face à cette réalité l’ANSES a mis en place un dispositif de nutrivigilance. Il s’agit d’étudier à postériori les effets indésirables de certains produits alimentaires mis sur marché. Sont concernés : les compléments alimentaires, les aliments et boissons enrichis, les produits destinés à une alimentation particulière (sportifs, nourrissons etc.) et les nouveaux aliments.

Les professionnels de la santé (médecins, diététiciens, pharmaciens) seront chargés de rapporter ces effets indésirables à l’ANSES, qui les analysera, recoupera les informations recueillies et qui à son tour en fera part aux autorités et industriels concernés pour prendre des mesures adaptées. L’ANSES travaillera en relation avec les Etats-Unis et le Canada qui ont des systèmes semblables.

Ce plan a été mis en œuvre pour mieux contrôler ces aliments car ils ne sont pas soumis à une autorisation de mise sur le marché (AMM). Récemment, un complément à base d’igname (une plante exotique) a causé des lésions hépatiques à certaines personnes. Ceci a été découvert par une phase pilote lancée en 2009 montrant bien l’efficacité d’un tel dispositif. Doctissimo conseille de demander l’avis à son pharmacien ou médecin avant de consommer des compléments alimentaires même s’ils sont disponibles sans ordonnance.

Source : ANSES

Télécharger le dossier de presse : ANSES-Nutivigilance-Compl.alim

Réagir