L’eau en bouteille est-elle dangereuse ?

Selon la nutritionniste Hélène Baribeau pour rester en bonne santé il faut boire entre 1,5 et 2L d’eau par jour. Il reste à savoir quelle est l’eau à privilégier, celle du robinet ou celle des bouteilles d’eau ? « En consommant en moyenne plus de 142 litres d’eau minérale naturelle en 2006, les Français sont après les Italiens et juste derrière les Espagnols, parmi les premiers consommateurs d’eau minérale naturelle en Europe et dans le monde. » d’après la Chambre Syndicale des Eaux Minérales.

En 2006, la marque Cristaline a lancé le slogan « Qui prétend que l’eau du robinet a toujours bon goût ne doit pas en boire souvent ! » ou « Je ne bois pas l’eau que j’utilise » (voir publicité ci-dessous) qui ont provoqué une réelle polémique. La marque s’est attirée de nombreuses critiques et était notamment accusée de vouloir effrayer le consommateur quand à la qualité de l’eau du robinet qui est l’aliment parmi les plus surveillés en France. L’eau du robinet est d’ailleurs parfois même plus surveillée que certaines eaux en bouteille.

Nous allons voir ici les principales limites de la consommation d’eau en bouteille qui sont le coût, l’impact environnemental et pour finir, nous nous poserons la question de savoir si l’eau en bouteille est réellement meilleure pour la santé.

Le coût

Le coût par rapport à l’eau du robinet est beaucoup plus élevé. Nous estimons que boire de l’eau en bouteille coûte entre 200 et 300 fois plus cher que de boire l’eau du robinet (ce calcul est approximatif car le prix de l’eau du réseau et le prix de l’eau en bouteille peut grandement varier en fonction, respectivement, de la région et de la marque). Nous voyons tout de suite que l’écart de prix est énorme et que consommer de l’eau en bouteille est un luxe !

L’impact environnemental

Selon l’étude Suisse « Ecobilan eau potable – eau minérale » réalisée par ESU-Services (bureau expert en analyse de cycle de vie), l’eau du robinet est 1000 fois plus écologique que l’eau minérale (en bouteille ou en bonbonne) !

Un bon schéma vaut mieux qu’un long discours :

Source : De la source au verre, le cycle de vie de l’eau potable

Source : De la source au verre, le cycle de vie de l’eau potable.

 

Une énorme de quantité d’énergie et de déchets

« En 2004, la France a produit 11 milliards de litres d’eau minérale naturelle dont 6,6 milliards pour le marché français et 4,4 milliards pour l’exportation. Leur production a environ doublé en dix ans. » affirme l’ANSES.

Toute cette production se fait avec du pétrole, une énergie non renouvelable. D’énormes quantités de pétrole servent à la fabrication des bouteilles plastiques, matière première qu’il faut importer à l’usine d’embouteillage, qui va également consommer de l’énergie pour la confection des contenants. Une fois conditionnée l’eau est acheminée sur de nombreux kilomètres par train, bateau ou camion. Il est totalement aberrant d’un point de vue écologique de retrouver des bouteilles de Perrier ou d’Evian à Los Angeles aux Etats-Unis, par exemple, alors que l’eau coule des robinets ! En conclusion, la quantité de déchets occasionnée et de CO² rejeté est phénoménale !

Une durée de vie très faible

Une bouteille d’eau, une fois dans les mains du consommateur, a une durée de vie extrêmement faible ! En effet, le contenu est rapidement bu et la bouteille finit aussitôt à la poubelle avec les ordures ménagères dans 88% des cas selon SDWF (Safe Drinking Water Foundation au Canada) et parfois dans les collectes de tri sélectif pour être recyclé ou incinéré (libérant des gaz très toxiques comme le chlore pour le PVC).

Une dégradation très longue

Une bouteille en plastique n’est pas ou n’est que très peu dégradable naturellement. Il est estimé qu’une bouteille mets 1000 ans pour se dégrader dans la nature !  Malheureusement les bouteilles finissent bien souvent dans des décharges (dans le tiers monde) et sont ainsi enfouis sous terre dans le meilleur des cas ou terminent dans les océans. Les bouteilles se dégradent plus vite dans la mer (avec la salinité de l’eau et le rayonnement solaire) en petits fragments qui sont avalés par les oiseaux, poissons etc. contaminant toute la chaine alimentaire et provoquant  également des nappes de plastiques visqueuses. « L’inquiétude grandit devant les montagnes de plastique qui s’accumulent dans l’environnement. Au point qu’il existe aujourd’hui un véritable océan de plastique »[1].

Image de prévisualisation YouTube

Après avoir vu que consommer de l’eau en bouteille est à la fois mauvais pour l’environnement et pour son portefeuille, reste-t-il encore des avantages à boire de l’eau en bouteille?

Impact sur la santé

Les différents plastiques

PETE ou PET : Polyéthylène Téréphthalate

Bouteilles d’eau minérales, boissons gazeuses, jus de fruits…

 

HDPE : Polyéthylène de haute densité (Pehd)

Bouteilles de lait, bouchons de bouteille…

 

PVC ou V : Polychlorure de vinyle

Bouteilles d’eau minérale, de vin, de vinaigre, boites alimentaires, films alimentaires, flacons, solvants…

 

LDPE : Polyéthylène basse densité

Films alimentaires, barquettes, flacons, sac de congélation…

 

PP : Polypropylène

Pots de yaourt, biberons, barquettes de beurre et de margarine…

 

PS : Polystyrène

Pots de yaourt, couverts, assiettes et verres en plastique…

 

OTHER (Autre) : En général Polycarbonate

Biberons, gobelets plastiques rigides, récipiants alimentaires, bouteilles plastiques (lait, ketchup, eau, etc.)…

 

Le problème des relargages plastiques

Les catégories 3, 6 et 7 sont à éviter !

3) Le PVC est considéré comme dangereux pour la santé et pour l’environnement. Il contient du plomb, du cadmium, des phtalates et du DEHA.

L’adipate de bis(2-éthylhexyle), appelé également DEHA, est un produit chimique qui est susceptible de provoquer le cancer (étude sur des animaux en laboratoire), d’avoir des impacts négatifs sur le foie, les reins, la rate et la formation osseuse [4] [5].

6) Le Polystyrène qui contient du styrène est considéré comme toxique pour le cerveau et le système nerveux. Il a des effets indésirables sur le foie, les reins, l’estomac et les globules rouges.[2]

7) Les plastiques de cette catégorie contiennent du Bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien. Le BPA migre du plastique vers le liquide dans de plus grandes proportions lorsque le liquide est chaud et/ou gras.

Nous voyons que tous les plastiques ne sont pas annodins et qu’il faut se méfier en achetant non seulement de l’eau en bouteille mais également d’autres produits/aliments conditionnés avec du plastique. Il est important de savoir à quel type de plastique vous avez à faire, vous retrouverez ainsi tous ces codes, en général, sur le fond des bouteilles, récipiants, bouchons, etc.

L’eau en bouteille plastique contient deux fois plus d’hormones que l’eau du robinet

Selon une étude menée par deux chercheurs allemands, publiée dans la revue Environmental Science and Pollution Research, le plastique libère dans l’eau des hormones (mâles ou femelles) que l’on appelle perturbateurs endocriniens. Ces hormones, même à de très faibles doses, seraient susceptibles de perturber les fonctions reproductrices de l’homme. L’étude s’est faite sur 20 emballages d’eaux minérales en Allemagne qui contiennent tous du PET (Polyéthylène Téréphthalate) et sur de l’eau dans des contenants en verre afin de pouvoir effectuer une comparaison. « Dans douze d’entre elles, les chercheurs ont noté dans l’eau des bouteilles en plastiques une activité hormonale deux fois plus élevée » [3]. Cette révélation a immédiatement fait bondir les industriels du plastique qui précisent que l’étude ne permets pas de conclure à un risque pour la santé.

Conclusion

Même si les eaux du robinet sont très inégales d’un territoire à un autre (l’eau est, dans les grandes agglomérations, bien plus contrôlée que dans les zones rurales qui ont en plus une eau plus contaminée par l’agriculture), nous voyons que consommer de l’eau en bouteille nuit au portefeuille,  à l’environnement, et « pourrait » nuire à la santé.

Pour connaitre la qualité de l’eau au robinet dans sa région : Résultat du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau

Par ailleurs, certaines alternatives existent :

- La carafe filtrante (cf article : Carafes filtrantes : un danger pour la santé ?)

- L’adoucisseur d’eauDans le domaine de l’adoucisseur d’eau, la marque française reconnue depuis 30 ans c’est LAUGIL.

Cela dit, si vous continuez à boire de l’eau en bouteille nous vous conseillons de changer régulièrement de marque. En effet, certaines de ces eaux contiennent beaucoup de sels minéraux qui peuvent, en surdose, provoquer des troubles de la santé. Les eaux comme Volvic, Perrier et Evian, par exemple, ont des teneurs en minéraux plus faibles et conviennent plus à une consommation quotidienne.

Les études étant généralement ménées sur des animaux, il n’est souvent pas possible d’affirmer que tel ou tel produit soit réellement toxique. L’effet cocktail est souvent mentionné pour diverses substances que nous ingérons en faible quantité mais de façon répétée et continue. Personne ne peut dire à l’heure actuelle les conséquences que peuvent avoir, sur le long terme, toutes ces substances combinées. Nous sommes tous, autant que nous sommes, les cobayes de cette ère industrielle et chimique, et nous verrons dans quelques dizaines d’années les conséquences en terme de cancers et maladies. Nous conseillons encore une fois par prudence, au vu des doutes, le principe de précaution.

Reportage : L’or en bouteille (partie 1)

Image de prévisualisation YouTube

Vous trouverez la suite dans la vidéothèque…

Articles similaires :

Premières analyses sur les traces de médicaments dans l’eau

Carafes filtrantes : un danger pour la santé ?

Notre eau est polluée et toxique

Dangers et risques du Bisphénol A (BPA)

Principales références :

[1]. Science et Vie – Le plastique c’est fantastique

[2]. Smart Plastic Guide – Institute for agriculture and trade policy

[3]. Le Figaro – Faut-il bannir les bouteilles d’eau en plastique ?

[4]. Site internet du gouvernement canadien sur les substances chimiques (www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca)

[5]. Technical Fact Sheet on Di (2-éthylhexyle) adipate.

SDWF (Safe Drinking Water Foundation au Canada)

ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire)

Chambre Syndicale des Eaux Minérales

« Ecobilan eau potable – eau minérale » réalisée par ESU-Services (bureau expert en analyse de cycle de vie)

De la source au verre, le cycle de vie de l’eau potable

Fiche technique – Du plastique à la bouteille et le plastique des bouteilles (CEREMAP : Centre d’Etudes sur le Recyclage des Matières plastiques).



Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

24 réactions sur “L’eau en bouteille est-elle dangereuse ?”

  1. Claire dit :

    Bonjour,

    Pour que la comparaison soit complète, il faudrait aussi se pencher sur ce que les tuyaux laissent dans l’eau du robinet et surtout, surtout, sur la comparaison entre la qualité des eaux minérales/eau du robinet, car c’est l’impact possible sur la SANTE individuelle, celle de ses enfants, bien avant l’impact sur l’environnement et même sur le porte-monnaie, qui va être pris en compte par une personne lisant votre article.
    ( = Une personne qui s’interroge sur l’empoisonnement silencieux de son alimentation, ou une personne qui en est déjà victime et malade.)

  2. F. Boyat dit :

    Merci pour votre remarque constructive.
    Nous partageons l’idée qu’il faudrait comparer concrètement la qualité des eaux en bouteille et celle du robinet. Il se pose cependant quelques difficultés :
    -La qualité de l’eau du robinet varie très fortement d’une région à l’autre (un lien vers le site du gouvernement est tout de même affiché dans l’article pour connaitre la qualité de l’eau de sa commune).
    -Il existe un grand nombre d’eaux minérales en France qui n’ont pas toujours le même type de contenant (différents plastiques, donc différents relargages possibles).
    L’étude menée serait ainsi titanesque mais très utile pour la santé.
    Une étude de ce genre doit se faire par des organismes (réellement)indépendants car les enjeux financiers sont énormes !
    Si des organismes vont dans ce sens nous ne manquerons pas de retransmettre l’information.

  3. David Klein dit :

    Bonjour,
    Je vous trouve tout de même bien clément concernant l’eau du robinet, dont on sait que le traitement laisse passer certaines substances nocives quand il n’en rajoute pas de nouvelles.
    Même si les analyses sont « bonnes », on ne trouve que ce qu’on cherche… Et le respect de certaines normes administratives (qui auraient parfois besoin d’être revues) n’est pas forcément un gage de qualité.

    • F. Boyat dit :

      Bonjour,
      En effet, nous sommes bien d’accord avec vous, l’eau du robinet n’est pas parfaite (résidus de médicaments, et toute une série d’autres substances, voir article « Notre eau est polluée et toxique »).
      Cet article a pour but de montrer que l’eau en bouteille ne l’est pas non plus. Elle souffre également, dans une moindre mesure, de contaminations diverses. Pour l’eau en bouteille le problème économique et écologique se pose également.
      Pour l’instant il n’y a pas, à notre connaissance, une eau « parfaite » ou qui s’en rapprocherait. Les pouvoirs publics ont en effet de gros efforts à faire pour améliorer la qualité de l’eau.

  4. F. Boyat dit :

    Petite mise à jour :
    Reportage « L’or en bouteille »

  5. motarcs dit :

    Voici quelques vérités en ce qui concerne l’eau en bouteille qu’il fait bon savoir….. mais, comme le soulignent certaine autres commentaires, l’auteur de l’article ne parle que des dangers de l’eau en bouteille mais « oublie » de mentionner que :

    - l’eau du robinet, si elle est surveillée en France ne l’est QUE pour certains polluants (nitrates essentiellement, dont la plupart des communes affichent le niveau sur le verso de leur facture)… mais hélas pour le consommateur, elle contient aussi des résidus médicamenteux (chimiothérapies et autres antibiotiques absorbées par les malades et rejetés naturellement par les urines et les selles), très souvent l’eau est traitée dans les stations d’épurations soit aux Ultraviolets ou aux sels d’aluminium, en plus du chlore et d’autres « joyeusetés » du même genre, et que tous ces polluants se retrouve à notre robinet à des doses très souvent non négligeables.

    A remarquer d’ailleurs, que si l’on admet le principe de l’homéopathie (l’eau d’une dissolution élevée, telle que plus aucune molécule chimique ne s’y trouve, mais qui AGIT EFFICACEMENT !) il est permis de se demander quel est l’effet à plus ou moins long terme sur nos organismes de toutes ces pollutions « minimes » en dessous des seuils « autorisés », voire indétectables…. mais bien réelles…..

    Le sujet n’est pas prêt d’être tranché, sauf à stopper immédiatement toute forme de pollution chimique, ce qui pourrait d’ici quelques siècles, peut-être « redresser la barre »….

    On peut toujours rêver…..

    • F. Boyat dit :

      Votre remarque est pertinente et cible bien le problème que nous avons en France, nous n’avons pas à notre disposition une eau « parfaite », sans risques.

      Cet article se concentre principalement sur l’eau en bouteille et la compare de temps en temps avec celle du robinet. Par ailleurs, ma clémence face à l’eau du robinet est tout de même relative (voir l’article « Notre eau est polluée et toxique« ).

      Il est temps que les pouvoirs publics prennent des mesures (règlementation de l’utilisation des pesticides et autres, des antibiotiques pour l’élevage, filtration des traces de médicaments dans l’eau etc, etc.) pour garantir aux citoyens une eau sans aucun risque (à plus ou moins long terme) pour la santé.

  6. Brutus dit :

    Le lien concernant le résultat du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau est utile à condition de consulter l’historique annuel des analyses car au niveau mensuel les analyses sont bien plus succintes et peuvent indiquer une eau conforme aux normes bactériologiques et physico-chimiques si tous les éléments problématiques ne sont pas testés. Dans mon cas, il y a un excès d’arsenic et de fluor qui ne peut être résolu que par une filtration à osmose inverse… donc impossible pour moi d’utiliser une simple carafe filtrante et je n’ai d’autre choix que d’utiliser de l’eau en bouteille pour ma consommation « interne »…

  7. G. Desrosiers dit :

    Il y a beaucoup d’empoisonnement qui se comprennent facilement en expliquant le mouvement de l’air qui pénètre dans la bouteille lorsque l’on boit à même celle-ci, accompagné de manger qui se trouve encore dans notre bouche qui par le mouvement d’air fait pénétrer de ce manger dans la bouteille. Donc si la bouteille est refermée et complétée plus tard, le temps passé jusqu’à la prochaine gorgée d’eau de cette même bouteille, selon la température ambiante, laissera plus ou moins la chance aux aliments de se décomposer dans la bouteille pour ensuite faire place aux bactéries que l’on ingurgitera lors de la prochaine gorgée d’eau de cette bouteille.
    J’en ai fait l’expérience et après quelques heures, j’ai simplement senti l’eau dans la bouteille et c’était dégoutant.
    Depuis, si je dois prendre de l’eau à même une bouteille, je vide la balance de l’eau qui reste…

    Bonnes randonnées en étant averti et prévoyant…

    • abxjuno dit :

      Ormis ces propos tout bonnement ridicules et hors-sujet, avant de s’afficher comme spécialiste sur l’eau, il serait bon de faire attention à votre français. En vous lisant on à l’impression de lire un devoir d’élève de 6ème.

  8. Ptitcanaillou dit :

    Je ris à gorge déployée !!! hé bé…j’en peux plus tellement je ris ! C’est un site humoristique ici ?
    Non ?? ok ! j’ai rien alors ! Bisous Mr ou Mme Desrosiers.. et sans rancune !

    Patrice alias Ptitcanaillou

  9. Raillard dit :

    Permettez-moi de réagir à cet article racoleur :

    NON, les bouteilles en plastique d’eau en distribuées en France ne sont pas spécialement dangereuses, dans l’état des connaissances scientifiques actuelles, car TOUTES les bouteilles sont en PET, qui ne contient AUCUN Bisphénol… Les plastiques incriminés (PVC etc…) ne sont plus autorisés en France… et cela depuis 1992 (!)
    De plus, vous indiquez que « 88 % » des bouteilles sont jetées aux ordures… Cela est peut-être vrai au Canada, mais totalement inexacte en FRANCE où plus de 50 % sont recyclées…
    De même il faut « 1000 ans pour qu’une bouteille se dégrade dans la nature »
    Cette allégation est mensongère puisque ces bouteilles n’existent que depuis quelques dizaines d’années… Nous verrons bien dans 1000 ans… attendons… au lieu de dire des sornettes !

    Cordialement,

    Sylvain RAILLARD

    • Ptitecanailledu38 dit :

      Wesheu Booooolloooosssssse
      Que de rigolage sur se site dis donc!
      Vous avez que ca a faire de votre life !
      L’eau est une ressources essentielspourl’homme, un point c’est tout, vivons en paix la amis neggas, susu la familly
      Saperllipoppette AIgght

  10. ferretti dit :

    l’eau en bouteille peut être dangereuse parce que imaginon que l’eau et mal traiter, les bactérie et virus peut être presente dans l’eau donc oui je pense que c’est dangereux

  11. Simon Dumais dit :

    Janvier 16 2013

    Allo experts en eau buvable.

    Je bois de l’eau de source DÉMINÉRALISÉE, il semble que notre organisme
    n’a pas besoin des minéreaux contenus dans l’eau.

    Or, tout comme notre chat, sommes-nous corrects ?

    Bye, soyons heureux, la vie est claire comme l’eau.

    Simon

  12. water dit :

    Les tuyaux d’adduction d’eau du robinet son t en PVC …. non ?

    Donc l’eau du robinet a séjourné dedans pendant longtemps … exact ?

  13. Gerard dit :

    lecteurs il est tres important de pousser votre recherche personnelle sur l’eau sortie du robinet,l’article n’a pas pris le soin de mentionner le cote nefaste de cette eau, gardez vousi de boire l’eau du robinet,les Nazis utilisaient l’eau du robinet pour faire quoi? c’est a cette belle question qu’il faut chercher a avoir une bonne reponse et vous serez convaincu.
    Si vous avez de l’argent suffisant pour faire la guerre aux detracteurs industriels mechants comme les producteurs des pesticides mondiaux choisir l’une des trois eaux sus citees.Les indusrties dans ce domaine ne font pas cadeau et ne jouent pas.

  14. Boils Pascal dit :

    Buvez de l’eau en bouteille de verre pour être le plus écologique et rester en bonne santé.

    L’eau du robinet est en effet pas toujour ce qu’elle devrait suivant les régions (ce droit de boire de l’eau de bonne qualité nous a été détruit par notre belle industrie chimique et pharmaceutique) cela donne évidement plus de travail au monde hospitalier qui feront l’inocent car ceci est leur meilleur compte d’éparge.

    Les sulfures d’aluminium,métaux lourds etc…,à long therme provoquera des maladie de tout type; cancers,alzeimer,parkinson,autisme etc….

    Le pvc est un tueur silencieux et sans scrupule!(donc éviter le plus possible les boutteilles de plastic)

    En buvant de l’eau en bouteille de verre (de source encore +/- saine!) vous donnerai de nouveau du travaille au marchant de bière et éviterons l’accumulation de déchets.

    Il faut absolument employer sa bonne concience car nos ministres ne savent et ne peuvent rien faire à ce niveaux (conficts d’intérêt depuis toujour!)

    L’industrie rapporte du travail et elle à donc le droit aussi de décider de la manière dont elle polluera notre environement.

    Je me demande simplement si ce droit est éthique pour nos enfants et petits enfants ????(quelles sera l’héritage qui leur restera ?)

    Bien à vous

  15. Freddo dit :

    Cet article est très intéressant mais je trouve que les fautes d’orthographes, même peu nombreuses, rendent les conclusions moins fortes.

  16. Dupont dit :

    L’article est bourré d’erreurs scientifiques !!!
    Je suis capable de reprendre chaque argument et de les démonter 1 par 1!
    Exemple : le PET ça se recycle ou encore, l’étude faite en allemande n’est pas applicable à la France : eux sont autorisés à ajouter des catalyseurs et autres substances dans le PET, en France c’est interdit et ce n’est au aucun cas pratiqué, etc…

  17. Linaloca dit :

    Avez-vous des preuves des arguments que vous avancez?

  18. Alain Schollaert dit :

    Je bois de l’eau de source que je mets en bouteilles de verre… avec bouchon à visser… en aluminium. Lorsque je visse et dévisse ces bouchons, perdent-ils beaucoup de molécules d’aluminium? Lorsque je couche mes bouteilles dans le frigo, un transfert de ces molécules peut-il se produire? Merci d’avance pour d’éventuelles infos sur ce sujet!

  19. […] gourde en inox: pour en finir avec l’impact environnemental et sanitaire des bouteilles en plastique, rien de tel qu’une belle bouteille en inox! Je transporte la mienne partout: au travail, en […]

  20. […] gourde en inox: pour en finir avec l’impact environnemental et sanitaire des bouteilles en plastique, rien de tel qu’une belle bouteille en inox! Je transporte la mienne partout: au travail, en […]

Réagissez