Actualité Année 2011 Mai

Nutrition : un nouveau classement des aliments

Des chercheurs de l’INRA ont développé une méthode pour classer tous les aliments selon leur qualité nutritionnelle. Ils se sont basés sur des données de consommations alimentaires collectées chez 1171 adultes lors de l’enquête INCA 1 de 1999. Ils ont ainsi établi un profil nutritionnel pour chaque aliment. Le but est d’offrir au consommateur une meilleure lisibilité quant à la qualité des produits alimentaires qu’il achète.

La méthode SAIN – LIM

Les chercheurs proposent d’étiqueter les aliments en fonction de leur qualité nutritionnelle. Un logo « SAIN », par exemple, pourrait apparaitre pour les meilleurs produits.

Un classement des aliments en quatre catégories

  • La catégorie SAIN (Score d’Adéquation Individuel aux recommandations Nutritionnelles) regroupe les aliments riches en vitamines, minéraux, fibres et acides gras essentiels tout en étant très peu caloriques. Nous retrouvons par exemple dans cette catégorie, le poisson, les fruits et les légumes. Ces aliments sont bons pour la santé et il convient de les privilégier dans une alimentation équilibrée.
  • La catégorie LIM (aliments à « LIMiter ») regroupe les aliments les moins performants dont la teneur en composés tels que le sel, les acides gras saturés et les sucres ajoutés, est élevée.  Nous retrouvons dans cette catégorie la charcuterie grasse, les gâteaux et sucreries, les sauces, les boissons sucrées, etc.

Entre ces deux extrêmes il existe deux catégories intermédiaires

  • La première concerne les aliments neutres pour la santé et regroupe entre autres le riz blanc, les pâtes et les fruits secs.
  • La deuxième concerne les aliments à la fois riches en nutriments mais également très caloriques ou très riches en sel, par exemple, qui sont conseillés occasionnellement ou en petite quantité comme les viandes rouges, certains fromages, les poissons fumés ou salés, etc.

L’autre avantage de ce système est de permettre de classer les aliments dits complexes, comme les plats cuisinés, les sandwichs, les pizzas, les snacks, etc.

Vers un meilleur équilibre alimentaire et une meilleure lisibilité

Ce projet a pour but d’inciter les industriels à revoir la composition de leurs produits ou de les orienter vers la fabrication d’autres aliments plus favorables à l’équilibre alimentaire afin être étiqueté d’un logo SAIN.

À l’image de l’étiquetage « Informations Nutritionnelles » déjà présent sur les emballages, montrant la valeur énergétique, le taux de protéines, de glucides, de lipides, etc., il permettrait au consommateur de mieux faire ses choix parmi la multitude de produits proposés en rayon. En effet, il est parfois difficile au premier coup d’œil de savoir si un yaourt classique est meilleur qu’un dessert lacté par exemple.

Quelles sont les habitudes des Français ?

Suite à ce classement, les chercheurs se sont penchés sur les habitudes alimentaires des Français. Nicole Darmon, coordinatrice de cette équipe de recherche de l’Université Aix-Marseille, estime que « l’équilibre nutritionnel n’est pas très loin de nos habitudes ». En moyenne, 50% (en poids) des aliments consommés par les Français appartiennent à la première catégorie (SAIN) et 30% appartiennent à la dernière classe (LIM). En faisant des tests avec des régimes optimisés ils ont constatés que la part des aliments de première catégorie a atteint près de 65% en poids et que la part de la dernière catégorie a baissé à 20%. Il faudrait, afin de mieux manger, augmenter la part des aliments de meilleur profil nutritionnel à 2/3 du poids total des aliments consommés au détriment des autres aliments.

Étiquetage très fortement recommandé

Après les slogans bien connus de tous, « Mangez cinq fruits et légumes par jour » ou « Les produits laitiers sont nos amis pour la vie » diffusés par le ministère de la Santé lors de cette dernière décennie, l’apposition d’un logo pourrait voir le jour pour le prochain PNNS (Plan National Nutrition Santé) de 2011 à 2015. C’est ce que conseillent vivement 31 sociétés savantes et experts en nutrition comme le rapporte Le Figaro.

Nous sommes tout de même en mesure de nous demander si les aliments bénéficiant d’un logo « SAIN » ne subiront pas une forte augmentation des prix. De la même manière, nous pouvons nous interroger sur la réactivité des industriels qui n’améliorent réellement leurs produits que sous la contrainte législative. Cette initiative mérite en tout cas d’être saluée et une amélioration de la lisibilité et de la transparence des produits ne peut être que bénéfique !

Sources principales :

7 commentaires

  • On sait dans quelle catégorie seront placés le nutella, le coca et autres cochonneries… cava pas plaire à tout le monde, les industriels vont faire pression !

  • Le riz blanc et les pâtes (blanches je suppose), aliments neutres pour la santé ?
    Il manque la catégorie SUPER SAIN dans laquelle on trouverai bien sûr les produits laitiers et les céréales…
    Loués soit les apprentis sorciers de l’INRA qui ne sont plus à une création bénéfique pour l’humanité près (virus de la sharka, l’Orylag, les vaches à hublot, création de tomates insipides, etc…).

    • Totalement d’accord avec ce commentaire sarcastique.
      Je tombe par hasard sur cette page et suis totalement scandalisée.
      Il y a des personnes qui devraient être jugées pour génération de problèmes de santé publique. Quand dira-t-on enfin que les blés modernes sont très hautement toxiques et impropres à la consommation ?

  • oui, c’est ça, des milliers de gens ignorent lesdangers de la mauvaise alimentation!!!Encore plus en amérique, c’est uen bataille difficile à gangner, car les grands riche sprofitent de notre ignorance pour gagner chaque années plein d’argent, sûrement, les études seront falsifiées ou moins alarmantes, enfin, ils cacheront la vraie vérité, ainsi, ils continuent de contrôler le monde, c’est l’argent qui parle, pas autre chose!!

  • Je découvre cet article 3 ans après sa rédaction, et je constate que les choses n’ont pas évoluées.
    Les industriels ne sont ils pas capables de s’adapter, ou ne veulent ils pas d’un système qui pénaliserait trop leurs intérêts ?

Réagir